Étiquettes

, , , , ,

La calanque de l’aviateur, aux éditions Héloïse d’Ormesson, c’est l’histoire de Leena. Mais comme c’est celle de Leena, c’est aussi celle de Jeep, de Gaspard et de Vivien. D’Alessandro et d’Alexandrine. Tous ceux qui, autour de Leena jouent une partition étrange, symphonie d’un nouveau monde qui permettra à Leena de dépasser ses maux, de retrouver ses mots, d’écrire sa propre phrase sur une feuille vierge.

Roman intrigant, à l’écriture sèche, nerveuse et hachée, dans lequel Annabelle Combes décortique ses personnages d’un oeil distant et pourtant profondément intime, menant son lecteur par la main dans une ronde envoûtante qu’elle rythme de la psalmodie de ses mots.

« Des mots qui réveillent, qui enchantent, qui surgissent et resurgissent, qui appellent et bondissent et chantent et recréent, pulsent, palpitent et vibrent. Les mots qui dansent sur l’univers des rêves évanouis, des possibles singuliers. Les mots qui ouvrent, et qu’on déguste seul, parce qu’ils sont votre seul rempart. Tenir debout dans le froid de la solitude. Goûter les mots. Leur amertume et leur duplicité. Tenter de les maîtriser et savoir qu’il n’en est rien. Ce sont eux qui vous confrontent. Confondent. »

Bonne lecture !

Anne-Sophie