Étiquettes

, , , , ,

J’aurais aimé faire paraître cet article le 8 mars mais les aléas de la Poste font que… Bref, de toute façon pourquoi ne mettre les femmes à l’honneur qu’un jour par an ?

Voici donc une chronique spéciale « femmes extra-ordinaires » pour donner de belles héroïnes à nos petits lecteurs, qu’il s’agisse de personnages historiques ou imaginaires. Et je remercie infiniment Les Editions des Eléphants, Nathan, Gallimard Jeunesse, Mame et Flammarion Jeunesse pour leurs envois qui me permettent de vous proposer cette chronique qui me tenait à coeur !

Quel modèle souhaitons-nous donner à nos enfants quand nous leur confions un livre entre les mains ? Quel message souhaitons-nous transmettre implicitement ? Il est évident que nulle lecture n’est neutre et que les livres de notre enfance ont façonné les adultes que nous sommes devenus. Je n’aime pas le terme de féministe car je le trouve trop revendicatif pour une cause qui à mes yeux est parfaitement naturelle et devrait aller de soi. Mais j’ai toujours préféré faire passer les messages par l’écrit que par la lutte active !

Voilà pourquoi je souhaitais aujourd’hui vous parler de quelques livres et albums dont les héroïnes sont enthousiasmantes, quel que soit leur âge, et qui seront de beaux exemples pour tous nos enfants.

« Louis et Aimée, une rencontre extraordinaire »

Texte : Florence Givelet ; Illustrations : By Bm

La première de ces héroïnes, Aimée, est « jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années« . C’est aujourd’hui son anniversaire et elle entraîne ses amis pour jouer dans le jardin. Mais c’est sans compter sur le fait que son ami Louis est aussi invité, et que Louis est un petit garçon handicapé. Face à la crainte et au rejet des autres enfants, elle va patiemment leur faire découvrir le trésor caché en Louis et leur apprendre à accepter la différence. Well done, Aimée, quelle attachante petite héroïne tu fais ! Ce ravissant album, illustré par la si talentueuse By Bm est à mettre entre toutes les mains d’enfants, dès le plus jeune âge, pour leur parler du handicap.

« Ruby tête haute »

Texte : Irène Cohen-Janca ; Illustrations : Marc Daniau

Continuons avec nos formidables héroïnes. Je voudrais maintenant vous parler d’une petite fille ayant réellement existé et dont la vie est contée dans un très bel album publié aux Editions des Eléphants : « Ruby tête haute ». Soutenu par Amnesty International, cet album part du célèbre tableau de Norman Rockwell, The Problem We All Live With, où l’on voit la petite Ruby Bridges en route pour son école, encadrée par quatre policiers. C’est un album où l’on découvre le courage d’une fillette devenue le symbole de la lutte contre la ségrégation. Dépassée par les enjeux de ce combat d’adultes, Ruby ne pourra compter que sur elle-même pour apprendre à vivre avec ce fardeau d’être devenue l’icône de toute une communauté. Un superbe album à lire et faire lire aux enfants pour parler avec eux de l’égalité et de la fraternité entre les hommes.

« Rien n’arrête Sophie : L’histoire de l’inébranlable mathématicienne Sophie Germain »

Texte : Barbara McClintock ; Illustrations : Cheryl Bardoe ; Traduction : Ilona Meyer

Quel enchantement que l’album que je vais maintenant vous présenter… Traduit de l’anglais, il présente la vie de Sophie Germain, mathématicienne renommée avec une poésie absolument enchanteresse. Car si les petites filles aujourd’hui peuvent devenir ingénieur, physicien ou mathématicien, cela n’a pas toujours été le cas. Mais même si, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles les filles ne pouvaient étudier les mathématiques, « demander à Sophie de ne plus s’intéresser aux mathématiques revenait à demander à un oiseau de ne pas s’envoler.« 

La jeune femme va donc aller à l’encontre de ses proches, de la société et des savants de son temps et devenir la première femme à gagner la concours de l’Académie des Sciences. Pour quelqu’un d’aussi réfractaire aux mathématiques que moi, cet album est un véritable enchantement et les chiffres et démonstrations dansent sous nos yeux et autour de Sophie dans un ballet de formes et de couleurs. Et surtout, l’histoire de Sophie est la preuve qu’il ne faut jamais abandonner ses rêves, aussi fous puissent-ils paraître.

« Fleur des neiges »

Texte : Pierre-Marie Beaude ; Illustrations : Claude Cachin

Une fois que vos enfants pourront lire seuls, confiez leur l’histoire de Fleur des Neiges qui habite loin, si loin, au pays du Soleil-Levant. De manière très traditionnelle, Fleur des Neiges aide sa mère à tenir la maison, préparer les repas, nettoyer. Et dans son coeur, elle espère un jour pouvoir épouser le beau, le populaire Tadashi. Un destin convenu tout tracé.

Mais Fleur de Neige a un secret : lorsqu’elle a le temps, elle part observer le vénérable Matsuo Seki, l’écrivain public du village. Elle le regarde tracer des signes magnifiques, prendre son temps pour calligraphier les lettres et poèmes que ses clients lui commandent. C’est grâce à Matsuo que Fleur de Neige va échapper à son destin, à moins qu’il ne s’agisse justement de pouvoir l’embrasser pleinement : elle va apprendre la calligraphie, devenir à son tour l’écrivain public du village et devoir – un jour – écrire pour Tadashi.

A l’autre bout de la planète, à une autre époque, une jeune fille se trouve confrontée – comme Sophie Germain – au poids des traditions et de la société et va puiser dans ses talents la force de prendre sa vie en main.

Un très joli roman à faire lire dès 7 ans !

« Devî, bandit aux yeux de fille »

Christel Mouchard

Alors que j’écris ces lignes passe sur ma playlist la chanson de Yannick Noah « Ose » : « pas de doute, pas de peur, tu peux avancer, fais ta route, il est l’heure, tu dois essayer, tu dois tout changer. Ose, ose, redonne à ta vie sa vraie valeur.« 

La coïncidence est particulièrement drôle dans la mesure où je ne savais comment introduire le roman suivant tant il m’a marquée. « Devî, bandit aux yeux de fille », c’est un livre qui a d’abord attiré mon attention par sa superbe couverture. Cette nouvelle édition du roman de Christel Mouchard est absolument splendide : la jeune Phoolan Devî nous fixe de son regard noir et déterminé alors que son statut de mallah (une des castes les plus basses en Inde) devrait lui faire baisser les yeux.

Mais Devî n’est pas une jeune femme comme les autres : même si cela doit déshonorer sa famille, elle a quitté son vieux mari pour revenir auprès de ses parents, refusant de se voir imposer ce mariage qui lui répugne. Elle tient tête aux thakurs du village, les dominants, jusqu’au jour où la provocation de trop la force à fuir dans la jungle. C’est là qu’elle va rencontrer Vikram, le chef d’une bande de bandit qui pille la région à la manière d’un Robin des Bois oriental.

Tiré d’une histoire vraie, « Devî, bandit aux yeux de fille » permet d’aborder avec les enfants de 9-10 ans le système des castes et le triste sort des femmes et des filles en Inde. Nul doute que ce roman fort qui retrace la lutte épique de Devî pour plus d’égalité les passionnera autant qu’il m’a passionnée – du haut de mon grand âge !

« D’un combat à l’autre, les filles de Pierre et Marie Curie »

Béatrice Nicodème

C’est d’un tout autre combat qu’il s’agit là et pourtant, à leur niveau, les filles Curie vont faire preuve d’autant de courage que Devî.

Si pour les enfants de 9-10 les figures de Pierre et Marie Curie évoquent quelque chose, rare – je pense – sont ceux qui connaissent l’histoire de leurs filles. Irène Joliot-Curie marchera pourtant sur les dignes pas de ses parents puisqu’elle sera à son tour distinguée par un Prix Nobel (les Curie sont à ma connaissance la seule famille au monde à avoir eu 3 Prix Nobel) quant à Eve, elle deviendra une pianiste renommée et conseillère du secrétaire général de l’Otan avant de défendre les droits des enfants à travers le monde.

Mais l’histoire de « D’un combat à l’autre » se passe bien avant, alors que la Première Guerre mondiale fait rage : tandis que Marie Curie et Irène sillonnent les champs de bataille pour mettre en place le service de radiologie de la Croix-Rouge, au service des blessés dans les hôpitaux militaires de campagne, Eve restée à Paris entretient une correspondance soutenue avec un Poilu dont elle est la marraine de guerre.

A leur façon et avec leurs talents respectifs, ces deux toutes jeunes filles vont se dévouer pour leur pays et sont un magnifique modèle pour petites lectrices !

Qu’elles aient vécu il y a plusieurs siècles ou soient nos contemporaines, qu’il s’agisse de toutes petites filles ou de jeunes femmes, ces héroïnes ont toutes en commun la passion, le courage et la détermination à rendre ce monde plus beau et plus juste.

Bonnes lectures !

Anne-Sophie

Publicités