Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

LE_FANTOME_DE_L_ELYSEE.indd« Lundi 13 janvier, 23 heures. La nuit est tombée sur Paris depuis longtemps ; l’hiver est doux cette année. Le Président aime ce moment où le palais redevient silencieux, où la ville alentour s’endort. Il donne toujours la même consigne : ne le déranger sous aucun prétexte. Il explique que ce recul-là est indispensable. Peut-être une vieille habitude de sa période de Premier Secrétaire, quand il se laissait enfermer rue de Solferino jusqu’au petit matin ; ou de cette longue traversée du désert, quand les amis étaient si rares qu’il n’était besoin de congédier personne pour réfléchir au calme. »

Un roman qui mêle Histoire et politique, fiction et économie, voilà qui ne pouvait que me plaire, chers rats de bibliothèque, et que j’ai en effet lu d’une traite, les pieds dans la piscine…

Le décor est donc planté : nous sommes à la veille de la fameuse conférence de presse présidentielle, celle qui a suivi la rupture entre François Hollande et Valérie Trierweiler et le Président de la République prépare son intervention dans son bureau, seul… Seul ? Pas très longtemps ! Va en effet apparaître soudainement devant lui un vieillard étrange, vêtu d’un habit désuet et pas tout à fait au courant des moeurs et usages de notre époque ; un vieillard d’une révérence absolue envers celui qu’il pense être le descendant des rois de France ; un vieillard qui va cependant se révéler être un fin pédagogue, et un juste critique de la politique économique et fiscale de notre temps. Vous l’avez deviné, ce vieillard, c’est le baron Necker !

Philippe Dessertine, économiste et professeur de gestion, nous offre là un brillant récit, parfaitement accessible sans la moindre connaissance en matière d’économie, de fiscalité ou de politique publique et qui met en perspective la situation du royaume de France juste avant la Révolution de 1789 et celle de notre pays aujourd’hui. Le parallèle est bien sûr fort préoccupant, et les similitudes plus que troublantes…

Dessertine2

Les deux hommes ont une nuit pour parler, une nuit pour rédiger un discours que le Président veut marquant, une nuit pour trouver une solution au marasme dans lequel se trouve le pays.

Ne cherchez pas du Hollande Bashing ou autre critique partisane dans ce livre qui mêle avec cynisme et recul des considérations très générales à quelques petites piques finement amenées et qui donne envie de se replonger dans l’Histoire de la France des dernières années de règne de Louis XVI.

« Le jour où la France saura dégager autant d’énergie pour se changer en profondeur qu’elle en mobilise pour ne pas bouger, elle redeviendra l’une des plus grandes puissances du monde. »

Bonne lecture !

Anne Souris

Publicités