Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , ,

Les grandes Grandes vacancesBonjour mes p’tites souris lectrices !

Je reviens aujourd’hui avec deux livres que Monsieur mon aîné a littéralement dévoré la semaine dernière, et que j’ai trouvés remarquables : il s’agit de la série « Les grandes Grandes Vacances », adaptée d’un dessin animé qui passe sur France 3, et qui est un excellent moyen de faire découvrir la Seconde Guerre mondiale à nos 7-10 ans, telle qu’elle s’est passée en France.

ggv

Ayant encore l’immense chance d’avoir ma grand-mère, née en 1931, mes enfants ont déjà entendu ces récits de la déclaration de la guerre, de l’Exode, vus par une enfant de 8 ans à l’époque, et mon aîné en particulier est très intéressé par cette période. Je pense cependant qu’il ne faut pas forcément lui raconter l’intégralité de ce qu’il s’est passé « aux heures les plus sombres de notre Histoire », selon la formule consacrée, et estime que commencer la découverte de ces quelques années par la vie de deux jeunes enfants de son âge est plutôt bien adapté.

ggv2Voici donc l’histoire d’Ernest (10 ans) et Colette (6 ans), envoyés en Normandie chez leurs grands-parents pour échapper au bombardement de Paris : « Ernest avait dix ans. Il vivait à Paris avec sa petite soeur, Colette, six ans, et leurs parents, Lucie et Robert. Un matin de l’été 1939, tous les quatre prirent place à bord de la traction avant familiale pour aller chez les parents de Lucie en Normandie. Un voyage qu’ils faisaient chaque année. Mais les deux enfants n’imaginaient pas que, cette fois, ils allaient y passer les plus grandes grandes vacances de leur vie. Des vacances qui resteraient à jamais gravées dans leur mémoire… »

Je ne peux que vous conseiller de filer acheter ces livres pour vos enfants ou petits-enfants, ainsi que les tomes suivants qui ne manqueront pas d’être édités : le style est parfait, facile à lire tout en ne tombant pas dans un mauvais français ou ces facilités d’écriture qu’on retrouve malheureusement si souvent dans la littérature enfantine contemporaine, le texte est régulièrement illustré d’images tirées du dessin animé, et la trame est vraiment passionnante, mêlant histoires et rivalités enfantines à la grande Histoire.

Bref, un bon roman à offrir pour les grandes vacances qui approchent ! Au prochain épisode de cette section « Au pays des enfants », je vous conseillerai le roman « Le fromage qui tue », un pavé de plus de 300 pages que Monsieur mon aîné a englouti en quatre soirées seulement, à mon plus grand désespoir…

Bonne journée !

Anne Souris

Publicités