Étiquettes

, , ,

Enfants lisantMes p’tites souris chéries, en ce mercredi après-midi grisâtre et froid à souhait, nous allons aborder ensemble un sujet en rapport avec nos chers bambins, sur lequel on me demande souvent mon avis, des conseils ou autre recette miracle, à savoir (roulement de tambours…) « comment faire aimer la lecture à nos enfants ? ».

Sujet délicat s’il en est ! Et sur lequel, bien évidemment, je n’ai aucune expertise particulière, en dehors d’être mère de trois charmants monstres à qui j’essaye de transmettre mon amour de la littérature. N’étant donc pas qualifiée outre mesure, je me contenterai de vous faire part des choses qui ont fonctionné ici… ou pas ! Et n’oubliez pas que nous parlons, dans mon cas, d’enfants de 3 à 7 ans et qu’il se peut donc bien que je revienne dans quelques mois pleurer dans votre giron face aux livres fermés et abandonnés dans leurs étagères !

Dans l’article qui suit, je vous parlerai indistinctement de lecture, quelque soit l’âge des enfants, car il est à mes yeux très important de leur dire dès leur plus jeune âge que le fait de feuilleter un livre, c’est le lire.

Tout d’abord, et cela semble être une Lapalissade, pour que les enfants aiment lire, il faut qu’il y ait des livres chez eux ; dans mon cas, cela a sans doute confiné à l’absurde puisque j’ai acheté des livres à mes futurs enfants avant même qu’ils soient nés, et avant même d’avoir préparé leur chambre ou acheté la poussette ! (note to self : en parler à mon psy…) Bref. Un enfant entouré de livres, à portée de mains, sera forcément plus attiré par la lecture qu’un autre qui n’aurait des livres qu’à la crèche, ou à l’école.

Ce premier point entraîne presque automatiquement mon deuxième conseil : un livre est un objet avec lequel on vit. Il y a bien sûr les très beaux livres qui doivent être maniés avec précaution et lus avec les parents (ceux-là sont en haut de l’étagère chez nous), mais dans l’ensemble, laissez vos enfants les feuilleter comme ils veulent, où ils veulent, dans l’ordre qu’ils veulent – n’oubliez pas les droits du lecteur de Pennac ! Pour moi, il y a seulement deux interdits au sujet des livres : on ne les détruit pas (pas de pages déchirées, pas de livres brûlés, pas de livres jetés), et on n’écrit dessus que si ce que nous écrivons embellit le livre. Après, si une page est cornée, si il y a des traces de chocolat ou si les pages se détachent à force d’être lues, je soupire mais ne dis rien. Car je trouve qu’il n’y a rien de plus triste qu’un livre qui ne vit pas avec ses petits lecteurs.

D’où mon troisième point : faites en sorte, par votre exemple, que les livres soient au coeur de la vie de l’enfant, pas seulement en déco arty et intello sur une étagère en forme de vague. Il s’ennuie ? Ma réponse est toujours « prends un livre, on ne s’ennuie jamais quand on lit ». Une dispute éclate ? On donne un livre à chacun le temps de se calmer. Chez nous, le soir, on ne s’endort pas sans avoir lu un peu, et surtout, surtout, les enfants me voient lire à chaque instant libre. J’ai aussi instauré une règle (pour ma propre tranquillité, au départ, surtout !) qui est qu’on ne dérange pas quelqu’un en train de lire : ainsi, si j’ai un service à leur demander, et qu’ils sont en train de lire, je leur demande de terminer leur page/chapitre/livre, puis de m’aider et, inversement, on ne m’embête pas si je suis en train de lire.

Je vous parlais à l’instant de donner l’exemple de la lecture à vos enfants : à mon sens, il s’agit de lire devant eux, mais pas forcément avec eux. Déculpabilisez-vous là-dessus ! Prenez mon cas, par exemple : je déteste leur faire la lecture. Réellement. Je n’aime pas lire à haute voix, et la tradition de l’histoire du soir racontée aux enfants n’a jamais existé chez nous. En revanche, nous lisons ensemble : j’ai mon livre, ils ont les leurs, et je les laisse se raconter l’histoire qu’ils veulent en regardant les images. Bon, bien évidemment, de temps en temps je me force et je leur raconte la vraie histoire, mais ça ne me gêne absolument pas de les entendre raconter une histoire qui ne colle pas tout à fait au texte original… L’essentiel est qu’ils prennent l’habitude d’ouvrir un livre à n’importe quel moment de la journée.

Enfin, n’oubliez pas que, comme vous, il y a des styles de livres qu’ils aiment et d’autres moins. Votre enfant est dans sa phase BD ? Laissez faire, choisissez-en sur un sujet intéressant qui pourra le faire se tourner vers d’autres livres plus tard. Il ne s’intéresse qu’aux dinosaures ? Blindez sa bibliothèque de livres en tous genres sur le sujet, il y aura bien un jour où il se lassera ! (ou pas.) Il ne veut pas lire les classiques de votre enfance ? Pas grave, il y a de merveilleux auteurs pour la jeunesse contemporains.

Voilà, je ne sais trop que vous dire d’autre sur ce vaste sujet, mais si j’avais un dernier conseil à vous donner, c’est de lui montrer à quel point les livres sont un merveilleux moyen de s’évader, de voyager, de frissonner, de rire aux éclats ou de pleurer, de se faire de nouveaux amis, de les retrouver ou d’imaginer la suite de leurs aventures, lui dire que c’est un objet qu’on peut tout le temps avoir sur soi (et c’est une personne qui gère les couloirs du métro en lisant qui vous l’assure !) et qui nous trotte encore longtemps dans la tête une fois qu’on l’a fini.

Bonne journée !

Anne Souris

Dessin mère-enfants

Advertisements