Mots-clefs

, , , , , , ,

FöhrBonjour, chers lecteurs du dimanche ! Etes-vous bien au chaud, chez vous ? Installés confortablement avec une tasse de thé ou de chocolat chaud, prêts à écouter un récit qui va vous glacer le sang ? Aujourd’hui, dans « Du côté de chez vous », Anne nous parle d’un roman qu’elle a adoré, et qu’elle connaît bien… Pour cause, c’est elle qui l’a traduit de l’allemand ! Je la laisse vous le présenter…

« Il faisait très chaud dans la voiture. La climatisation marchait au maximum. Les phares illuminaient un fragment de route enneigée. De hautes congères piquées de cristaux de glace scintillaient sur les bas-côtés. Derrière ces murs, des pins à peine éclairés croulaient sous la charge immaculée. La température extérieure était presque sibérienne. Moins dix-huit. Le brigadier-chef Kreuthner bailla, puis chercha à tâtons une cigarette dans un paquet qui traînait depuis deux jours entre les fauteuils. Il se concentra un instant sur la flamme de son briquet et heurta quelque chose sur la chaussée. Le choc assourdi lui rappela à quel point il était épuisé. Jetant un œil dans son rétroviseur, il vit un bloc de glace rouler sur l’asphalte rougi.« 

Dans les montagnes de Bavière, au cœur de l’hiver glacé, là où les expressionnistes ont peint la vie sous ses couleurs les plus crues, un tueur en série nargue la police : une jeune fille de 15 ans est retrouvée morte dans un lac. Elle gît emprisonnée sous la surface gelée. Elle a été droguée, poignardée en plein cœur puis revêtue d’une robe de brocart doré digne d’une princesse de conte de fées, avant d’être immergée.

Les unes après les autres, sous les yeux du commissaire Wallner et de ses adjoints, le meurtrier exécute de très jeunes adolescentes qu’on retrouve vêtues de brocard d’or… et sème des indices illisibles ainsi que le doute dans les têtes pourtant très bien faites des policiers en charge de l’affaire.

Le commissaire Wallner doit résoudre un étrange cas : à l’intérieur de la bouche de la première victime, les enquêteurs découvrent une minuscule plaque en fer blanc marquée du numéro 1. D’autres meurtres suivent apportant chacun un nouvel indice dissimulé dans la bouche de la victime. Pour démasquer le meurtrier, Wallner va devoir reconstituer un puzzle machiavélique.

Présenté comme « Polar de Noël », ce livre coup de cœur n’a rien d’un mièvre attrape-nigaud ! D’ailleurs, on n’y croise ni princesses ni palais des neiges et pourtant… Lentement, Andreas Föhr déroule ses fils, les mêle et les démêle au gré des errements du psychopathe, des rencontres induites ou fortuites et le passé peu à peu éclaire le présent jusqu’à la dernière page de ce fabuleux polar sans sexe ni violence. Préparez-vous à ne pas le lâcher !!!

Alors, tentées, chère petites souris ? N’oubliez pas en tout cas que cette rubrique est la vôtre, afin de partager vos coups de coeur, et nous faire découvrir vos lectures du moment !

Bon dimanche !

Anne Souris

Publicités