Mots-clefs

, , , , ,

Marsh« Le soleil de ce début d’automne entrait par la porte principale, tombant à l’oblique, en bandes de lumière poudrées d’or. Il lustrait la vieille banquette, flamboyait sur la grande plaque de cuivre qui couvrait la table de chêne, touchait d’une lueur tendre les coloris fanés de la large tapisserie de soie accrochée au mur sous la galerie. Une paire de bottines en caoutchouc se trouvait juste à l’extérieur, jetée négligemment sur le dallage de granit ; abandonnée sur le coussin usé de la banquette attendant une corbeille de jardinier en osier, chargée de ficelle, d’un sécateur, d’un vieux déplantoir et de torsades de papier contenant de précieuses graines.« 

Bonjour mes p’tites souris vacancières ! Espérant pouvoir rédiger cet article jusqu’au bout sans avoir à intervenir une dizaine de fois pour régler une dispute d’enfants, donner le goûter, aider à mettre des chaussures ou éviter des bleus et bosses, je prends aujourd’hui ma plume pour vous parler de cet excellent roman que j’ai dévoré au début de l’été !

Ambrose et Lydia, leurs enfants Georgie, Mina, Josie, Henrietta, Timmie et Nest, le si gentil Timothy, l’ami toujours présent, la génération suivante, Lyddie, Jack, Hannah, les chiens – le Chapitaine, le Nemrod, Polly et Boyo – et surtout Ottercombe House, la si belle et si grande maison de famille perdue au milieu de la lande, près de la mer… Ottercombe qui est le lieu de tous les souvenirs, le lieu où chacun revient, à un moment de sa vie, se ressourcer ou faire le point. Ottercombe qui est surtout le lieu de tous les secrets, ces secrets qui, enfouis depuis un demi-siècle au plus profond des mémoires vont ressurgir au cours d’un été, à l’occasion du retour de Georgie auprès de ses deux soeurs Mina et Nest.

Que s’est-il passé durant ces années juste avant la guerre ? Et pourquoi la vie de toute la famille a-t-elle été si irrémédiablement bouleversée par l’arrivée de Timothy Lestrange ? Pourquoi Nest, depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie à sa soeur et à son beau-frère ne veut-elle plus retourner sur la plage ? Et qui est ce si gentil mais mystérieux Elyot, avec qui Mina échange de longs mails lui permettant de s’évader de l’atmosphère parfois lourde d’Ottercombe ?

Willa Marsh nous offre ici une chronique familiale douce-amère composée de nombreux aller-retours dans le passé et les mémoires pour mieux nous croquer la vie de ses personnages. Elle tisse sous nos yeux une toile enchevêtrée de non-dits, de secrets et de mensonges, un écheveau complexe qui va petit à petit se démêler sous nos yeux afin qu’à Ottercombe, tout le monde retrouve la sérénité et la paix.

Une excellente intrigue, de très belles descriptions et un style fort agréable à lire (grâce à la très bonne traduction d’Eric Mc Comber) font d’Une famille délicieuse un roman à lire à tout prix !

Bonne journée !

Anne Souris

Publicités