Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Page blanche4Bonjour mes p’tites souris !

En vacances, pour trois jours, avec comme programme de lire Les jeunes mariés que j’ai, bien sûr, oublié chez moi avant de partir…

Voici donc un petit article sur une BD trouvée ici et dévorée aussi sec, La page blanche.

En dehors des grands classiques de la BD que sont Tintin, Astérix et Obélix, Blake et Mortimer, Alix ou autre Calvin et Hobbs, je ne suis habituellement pas très BD, et encore moins BD moderne. Je n’aime dans ces dernières ni la violence des images ni les couleurs sombres et ternes, et je suis donc souvent réticente à sortir des chemins battus de la ligne claire.

Ainsi, donc, à ma grande honte (postérieure), je n’avais jamais lu les BD de Pénélope Bagieu (la célèbre Joséphine en particulier – et Cadavre exquis, que j’ai lu juste avant La page blanche, et qui est tout aussi bon !) même si je suis fan de son blog. C’était donc une vraie découverte, et un réel plaisir, d’autant plus que le scenario (je ne suis pas tout à fait sûre du terme pour une BD, les connaisseurs me pardonneront…) est excellent, et l’histoire très bien menée par Boulet.

Page blanche3

Eloïse Pinson se « réveille » un jour, assise sur un banc dans Paris, sans se souvenir de rien. C’est le blanc le plus absolu. En fouillant dans son sac, elle découvre l’identité qui est sensée être la sienne, et à partir de là va essayer de dénouer les fils de sa mémoire vierge.

Les recherches d’Eloïse pour trouver des indices lui permettant de retrouver la mémoire virent à l’obsession et la jeune femme met en place un système presque policier afin de provoquer l’étincelle qui déclenchera l’afflux des souvenirs.

Page blanchePage blanche2Quant à ses craintes irraisonnées face à ce qu’elle pourrait découvrir, elles sont parfaitement retracées et fort savoureuses, de même que le passage dans la librairie où travaille Eloïse, face aux questions des clients.

Page blanche5Et si le sujet est présenté de façon très humoristique, la conclusion est tout sauf légère, et le lecteur se prend à espérer qu’Eloïse ne souffre pas trop de ce qu’elle découvrira et qui transparaît au fur et à mesure des dessins.

Bref, une excellente BD à dévorer comme un roman !

Bonne journée !

Anne Souris

Publicités