Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , ,

hugo« Il dort. Quoique le sort fût pour lui bien étrange,
Il vivait. Il mourut quand il n’eut plus son ange ;
La chose simplement d’elle-même arriva,
Comme la nuit se fait lorsque le jour s’en va. »

Vous connaissez sans doute l’émouvante épitaphe de la tombe de Jean Valjean (nous avions joué avec il y a quelques temps..), ainsi que les destins croisés de Jean Valjean, Cosette, Fantine, Marius, Javert et des Thénardier. Hugo le disait : « Ma conviction est que ce livre sera un des principaux sommets, sinon le principal, de mon œuvre.« 

Aujourd’hui, ce n’est pas de ce superbe roman dont je vais vous parler mais de ses différentes adaptations cinématographiques. S’agissant d’un de mes romans préférés, je suis particulièrement exigeante quant au résultat sur grand écran… Voici ma sélection, du pire au meilleur !

1. Les Misérables, film anglo-américain réalisé par Bille August (1998)

Misérables 1La pire version jamais réalisée !!! Et pourtant, avec une telle brochette d’acteurs, on aurait pu s’attendre à un beau résultat (c’est la raison pour laquelle j’avais acheté le DVD). Et bien non !

Je commencerai par le seul point positif : les décors superbes ! Parce que le reste… Liam Neeson, Valjean, est assez fallot et complètement éclipsé par Javert, Uma Thurman ne rend pas justice à l’abnégation de la si courageuse Fantine, Claire Danes est une Cosette d’une platitude absolue, mais j’aurais volontiers fermé les yeux sur la piètre interprétation des acteurs si Bille August n’avait pas choisi de déformer l’histoire pour la rendre plus attractive aux spectateurs américains. J’ai donc assistée, stupéfaite, à une bluette romantique entre Valjean et Cosette – alors que l’amour paternel absolu que voue Valjean à sa fille adoptive est le rouage principal du roman – mais surtout, surtout à un happy end ! Oui, vous avez bien lu, un happy end dans les Misérables… Le film se termine donc avec le suicide de Javert : j’ai tout d’abord cru qu’il y avait un deuxième DVD, que le mien avait un défaut, mais non, c’est pire ! Bille August a tout simplement supprimé la fin du roman. Pauvre Victor Hugo, il a du se retourner dans sa tombe…

Bref, à ne surtout pas regarder (mais voici quand même la bande-annonce…)

2. Les Misérables, film musical anglais réalisé par Tom Hooper (2012)

Misérables 2J’en avais tellement entendu parler de ce film-là ! Mais je n’avais pas pu aller le voir au cinéma – ce que je ne regrette pas a posteriori – et je l’ai donc loué en DVD en début de semaine (profitant de l’absence de Mari Chéri qui habituellement n’accepte de louer que des films de guerre ou d’espionnage…). Ma critique va être biaisée car je dois vous avouer que j’ai tenu une demie-heure. Mais voici ce que j’en ai pensé, du peu que j’en ai vu.

Concernant les décors, j’ai ressenti la désagréable impression d’effets visuels complètement fictifs, en particulier la première scène au bagne. L’omniprésence du chant est assez désagréable, et pourtant j’aime les comédies musicales (My Fair Lady, Much ado about nothing ou encore Mamma Mia font partie des films que j’aime revoir régulièrement) mais l’absence de tout dialogue parlé est fatigante et superficielle. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait arrêter le film au bout d’une demi-heure… Je n’en pouvais plus ! Et les raccourcis dès le début du film m’ont fait présager le pire : ne pas voir Fantine déposer Cosette chez les Thénardier, c’est oublier la Genèse même du roman, présenter le passage chez monseigneur Bienvenue en 5 minutes alors que c’est ce qui va faire basculer Valjean du Mal vers le Bien avec le rachat de son âme au diable et la promesse de devenir un honnête homme, voilà qui était trop pour moi. J’ai donc coupé le film après le passage de l’accident de la charrette du père Fauchelevent. Aurais-je du continuer ? L’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

3. Les Misérables, mini-série en 4 épisodes de 90 minutes, réalisée par Josée Dayan et écrite par Didier Decoin (2000)

Misérables 3Je me souviens très bien avoir regardé cette série lorsqu’elle a été diffusée la première fois à la télévision. Je ne connaissais jusque-là que l’adaptation de Hossein, que mon père nous passait régulièrement à la maison (et dont je vous parlerai ci-dessous) et j’avais à l’époque été emballée par cette version-ci. Après l’avoir revue récemment, j’ai été soulagée de ne pas être déçue et de retrouver intact mon plaisir de l’époque.

Le film est porté par une brochette d’acteurs incroyables : le grand Depardieu est Valjean, Malkovich incarne un Javert parfaitement effrayant, Charlotte Gainsbourg et Virginie Ledoyen sont très justes dans les rôles de Fantine et Cosette, sans oublier l’abominable Thénardier joué par Clavier ou encore Jeanne Moreau dans le rôle de la mère supérieure ! Bref, une distribution en or.

Les décors sont aussi somptueux, et le format en plusieurs longs épisodes permet au film d’être très fidèle au roman. C’est une adaptation que je vous recommande vivement si, comme moi, vous êtes des inconditionnels de l’œuvre de Hugo ou si au contraire vous n’avez jamais eu le courage de vous y plonger. Peut-être alors ce film-là vous tentera !

 

4. Les Misérables, réalisé par Robert Hossein (1982)

Misérables 4Ce film là, je vais avoir du mal à vous en parler, ou alors au contraire, vous y serez encore demain ! Il est à mes yeux la perfection absolue en matière d’adaptation cinématographique. Des acteurs exceptionnels, de superbes décors, une musique d’un lyrisme très émouvant, un film qui prend le temps d’être fidèle à l’oeuvre originale, le découpage en chapitres qui rythme le film…

Le talentueux, l’immense Lino Ventura prête ses traits à Jean Valjean et colle par son jeu parfait à la dimension christique que Hugo avait placé en son personnage. Il incarne avec une justesse incroyable l’ancien bagnard frustre au grand cœur et au dévouement sans limite face au redoutable et implacable Javert, magnifiquement interprété par un Michel Bouquet sans pitié. Ces deux monstres du cinéma s’affrontent dans un duel sans merci, entourés de seconds rôles extraordinaires dont le splendide Jean Carmet en Thénardier machiavélique.

Robert Hossein réalise là un film parfait, à mes yeux, à la mise en scène particulièrement soignée, même si le film a un peu vieilli. Mais certaines scènes sont d’une beauté à couper le souffle – ainsi de la déchéance de Fantine présentée par un simple zoom sur son visage qui se dégrade inexorablement, ou le superbe passage de la barricade, particulièrement épique. Je pourrais vous détailler scènes après scènes cette merveilleuse adaptation que je regarde régulièrement avec un bonheur immense, mais je préfère vous laisser découvrir les cinq premières minutes du film, faute d’avoir trouvé une bonne bande-annonce…

Et bien, je ne pensais pas en me lançant dans cet article qu’il serait aussi long, mais je tenais à partager cette critique avec vous. J’espère que vous aurez eu le temps de regarder les bandes-annonces ! Avez-vous vu une de ces versions ? Une autre ? Qu’en avez-vous pensé ?

A bientôt !

Anne Souris

Publicités