Étiquettes

, , , , , , , ,

Delacourt« On se ment toujours. Je sais bien, par exemple, que je ne suis pas jolie. Je n’ai pas des yeux bleus dans lesquels les hommes se contemplent ; dans lesquels ils ont envie de se noyer pour qu’on plonge les sauver. Je n’ai pas la taille mannequin ; je suis du genre pulpeuse, enrobée même. Du genre qui occupe une place et demie. J’ai un corps dont les bras d’un homme de taille moyenne ne peuvent pas tout à fait faire le tour. Je n’ai pas la grâce de celles à qui l’on murmure de longues phrases, avec des soupirs en guise de ponctuation ; non. »

Mes chères p’tites souris chanceuses, il faut que je vous avoue quelque chose : ce livre-là, j’ai vraiment mis du temps à me décider à l’acheter… On en parlait trop, le sujet ne me tentait pas… Pas motivée, quoi !

Et bien j’avais tort : l’histoire de Jocelyne m’a profondément touchée, et je n’ai pu lâcher le livre avant de l’avoir terminé. L’histoire de Jocelyne, c’est le rêve de beaucoup : gagner au Loto. Pas 10, pas 500, pas même 100.000 euros, non le vrai gros jackpot : 18 millions et demi d’euros. Dorénavant, Jocelyne va pouvoir s’acheter tout ce qui figurait sur la liste de ses besoins, de ses envies, de ses folies. Et même plus.

Pourtant, étonnamment, Jocelyne ne va rien dire. Ni à Jo, son mari, ni à ses enfants, ni à ses copines Danièle et Françoise. A personne. Le chèque va rester caché dans une chaussure, en attendant. En attendant…

En attendant quoi ? Que Jo redevienne le jeune homme qu’il a été ? Qu’il était avant « le jour de la naissance de Nadège, qui fut aussi celui de sa mort » ? Nadège, la petite dernière, après Nadine, qui lisait les entretiens d’Hitchcock et de Truffaut à treize ans, et Romain, qui arrête ses études et qui part travailler comme serveur avec une fille.

En attendant quoi ? Que son père la reconnaisse ? « Qui êtes-vous ? Six minutes venaient de passer ». C’est court, six minutes, pour se rappeler à la mémoire d’un père qui n’est déjà plus vraiment là… Sa mère, cela fait déjà trente ans qu’elle n’est plus là. Qu’elle s’est effondrée, sans un bruit, devant Jocelyne, sur le trottoir.

En attendant quoi ?

Ce livre fort, intense, très émouvant est un vrai miroir dans lequel chacun se reconnaîtra, et interrogera la liste de ses propres envies, et de ses propres priorités. C’est l’histoire d’une Mère Courage, qui porte sur ses épaules sa famille, et qui voit son monde s’effondrer au moment où elle s’apprêtait à recommencer sa vie en mieux. C’est une très belle histoire d’amour, d’incompréhension et de mensonge. Parce qu’ « on se ment toujours. Parce que l’amour ne résisterait pas à la vérité. »

Et vous, mes p’tites souris, qu’en avez-vous pensé de cette Liste de mes envies ?

Anne Souris