Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Romanov

« Cet hiver, je reçois l’appel téléphonique d’une collègue américaine que je ne connaissais pas, Marie Stravlo. Tout de go, elle me dit : « Hello, Marc Ferro, j’ai retrouvé la trace d’Olga, la fille du tsar. Les documents sont au Vatican. Vous aviez raison dans votre Nicolas II. Ses filles n’ont pas été exécutées ». »

De même que pour la famille royale française en 1789 (je vous en parlerai à l’occasion), j’ai toujours ressenti une immense impression de gâchis face au massacre des Romanov lors de la Révolution russe. Vers 10-11 ans, un été, chez mes grands-parents, j’étais tombée sur le livre d’Alain Decaux sur Anastasia, et avait bien sûr été transportée par ce mystère qui planait sur la mort de la Tsarine et des grandes-duchesses.

Marc Ferro revient sur cet épisode troublant du début du XXe siècle, et soutient une thèse selon laquelle le Tsar aurait bien été exécuté dans la maison Ipatiev dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, mais que la Tsarine et les grandes-duchesses, suite à un accord avec l’empereur allemand (cousin de la Tsarine), auraient été sauvées et envoyées hors de Russie. Seul le sort du Tsarévitch resterait un mystère : exécuté avec son père ou mort par la suite du fait de son hémophilie ?

La thèse de Ferro est très alléchante, et on se prend à vouloir croire à tout pris à ce beau scénario rocambolesque : falsification du dossier par le juge Sokolov, silence des Russes blancs et des communistes, les uns pour faire de la famille impériale des martyrs, les autres pour ne pas ranimer l’espoir de leur retour sur le trône, évasion individuelle d’Anastasia vers l’Angleterre, et survie de la Tsarine et des autres grandes-duchesses en Italie jusqu’après la Deuxième Guerre mondiale…

Restent cependant quelques doutes après la lecture : Ferro avance certes des hypothèses très crédibles, mais il évite parfois de citer ses sources, ne pousse pas ses affirmations jusqu’au bout, ou se contente d’énoncer que certains faits (comme les analyses ADN effectuées sur les corps retrouvés dans la forêt à côté de Iekaterinebourg) sont inexacts, sans en apporter la preuve.

Marc Ferro réussit cependant à instiller le doute, et j’ai pour ma part pendant plusieurs jours repensé à cette affaire en me demandant si la vérité éclaterait un jour.

Et vous, mes p’tites souris, que pensez-vous du mystère Romanov ?

Anne Souris

Et pour les indécrottables romantiques

Publicités