Les enquêtes d’Alfred et Agatha : L’affaire des oiseaux – Ana Campoy

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Campoy

« Si Alfred Hitchcock et Agatha Christie s’étaient rencontrés lorsqu’ils étaient enfants, quelles aventures auraient-ils pu vivre ensemble ? »

Tel est le postulat de départ de cette excellente série pour enfants écrite par Ana Campoy : à Londres, en ce tout début de XXe siècle, le jeune Alfred Hitchcock vit dans un quartier populaire de la capitale anglaise où il est le souffre-douleur des brutes de son école. Exaspéré par les bêtises déclenchées par ses inventions, le père d’Alfred va lui faire passer une nuit en prison, nuit qui va bouleverser la vie du jeune garçon. En effet, son voisin de prison, qui clame son innocence, lui demande d’aller demander l’aide d’une certaine Agatha Miller. Lire la suite

Publicités

Viens ici que je t’embrasse – Griet Op de Beeck

Étiquettes

, , , , ,

Op de Beeck« On dit que les yeux s’habituent à l’obscurité, mais ici, dans ce petit réduit au fond de la cave, on n’y voit vraiment rien. La dernière fois j’ai compté à haute voix, je suis arrivée à plusieurs centaines et je n’ai toujours pas eu le droit de sortir, alors je ne le fais plus.
« Je n’ai pas peur. » Je le dis tout haut et le bruit me fait sursauter. « Je n’ai pas peur, parce que j’ai déjà neuf ans et c’est grand, et les grandes filles n’ont peur de rien. » Cela ne devrait plus durer trop longtemps. Maman va sûrement descendre pour me laisser sortir. Je lui dirai pardon et lui promettrai de ne plus jamais recommencer.
Je ne suis pas sage. Pas comme Alexandre. C’est ce que dit souvent maman. » Paru au mois de juin aux Editions Héloïse d’Ormesson, « Viens ici que je t’embrasse » est le deuxième roman de la néerlandaise Griet Op de Beeck.

Dans ce roman si intimiste qu’il pourrait passer pour un huis-clos, l’auteur nous fait entrer dans la vie de Mona, à l’instant où, punie par sa mère, elle est enfermée dans un petit réduit au fond de la cave. Lire la suite

Les tribulations d’Aliénor en milieu étudiant (et parfois hostile) – Elisabeth Lucas

Étiquettes

, , ,

Lucas« 16h04. Je m’ennuie… !! Je m’ennuie. Dire qu’il y a vingt jours exactement, le 21 décembre 2011, date historique s’il en est, j’ai eu 20 ans, et que c’était la grosse teuf à la maison. Mon premier anniversaire surprise, organisé par mes parents, c’était tout mignon. Ils se sont un peu crus en soirée rallye, parce qu’ils ont surveillé de près la consommation de punch, mais bon, on n’est pas obligés de leur dire qu’une fois partis se coucher, Marie-Cécile a sorti de son sac une bouteille de chardonnay, et que même Isaure en a eu un verre. »

Chers petits rats de bibliothèque, vous commencez à me connaître, la section « La liste de mes ennuis » de ce blog est quasi vide. Lire la suite

Le dernier bain- Gwenaële Robert

Étiquettes

, , , , , , ,

Barussaud Robert« Ce n’est pas une baignoire. Du moins ça n’y ressemble pas. Les visiteurs du musée Grévin qui s’attardent devant la reconstitution  de l’assassinat de Marat sont surpris : ce n’est pas comme ça qu’ils s’étaient imaginé l’objet quand ils étudiaient le tableau de David, dans leurs manuels scolaires.Ça n’a même rien à voir. »

Deuxième roman pour adultes écrit par Gwenaële Robert, « Le dernier bain » sort aujourd’hui en librairie et si je n’ai qu’un conseil à vous donner c’est : foncez l’acheter !

J’avais déjà été séduite par les romans pour jeunesse et l’excellent premier roman pour adultes de Gwenaële Robert et ce dernier ouvrage sorti ne fait que confirmer sa place parmi les grands auteurs français actuels. Lire la suite

Cosme – Guillaume Meurice

Étiquettes

, , , , , ,

Meurice« Dans ce minuscule appartement aux volets clos, le silence opère. Quelques mètres carrés au rez-de-chaussée d’un immeuble des beaux quartiers. Une ancienne loge de concierge, recluse derrière les portes d’un grand hall lumineux aux boiseries vernies et au marbre étincelant. Passé le seuil, surgissant de l’obscurité, des yeux. Identiques. Des centaines. Collés au plafond. Un même oeil photographié sur autant de cartes postales fixées côte à côte. L’observateur est observé. »

Cosme, c’est Cosme Olvera, jeune homme paumé et réfléchi, passionné de littérature et tête brûlée, voyou et poète, brillant joueur d’échecs  et cryptographe pour l’armée. Un condensé de traits de caractère contradictoire, une énergie extrême et une extrême sensibilité. Un jeune homme capable de braquer un magasin et d’écrire mieux que personne des vers dans lesquels jaillissent tout ce qu’il ne peut plus contenir. Lire la suite

L’éveil – Kate Chopin

Étiquettes

, , , ,

Chopin« Dans une cage suspendue à côté de la porte, un perroquet vert et jaune n’arrêtait pas de répéter :  » – Allez-vous en ! Allez-vous en ! Tout va bien ! » Il parlait un peu l’espagnol, , et aussi une langue que personne ne comprenait, sauf peut-être l’oiseau moqueur qui, dans une cage accrochée de l’autre côté de la porte, sifflait à la brise ses notes flûtées avec une obstination exaspérante. Monsieur Pontellier, qui ne pouvait pas lire son journal en paix, se leva et poussa une exclamation, une expression de dégoût sur le visage.« 

Pour ceux d’entre vous qui me connaissent dans la vie réelle, vous comprendrez sans peine le clin d’oeil qui m’a poussé à acheter ce roman mis en avant dans la librairie de mon lieu de vacances. Fort bien m’en a pris, puisque j’ai ainsi découvert un auteur absolument enchanteur, qui aurait pu être le fille spirituelle d’Edith Wharton et Gustave Flaubert ! Lire la suite

La disparue du Venezuela – Diane Kanbalz

Étiquettes

, , , , , ,

Capture d_écran 2018-07-22 à 21.07.23« La saison est particulièrement chaude cette année, avec des températures frôlant les trente-cinq degrés. La puanteur aigre des barrios s’accroche aux flancs des coteaux, le goudron mollit sous les pas et des cafards longs comme des doigts envahissent les rues, fuyant les canalisations brûlantes. Pour un mois de décembre, c’est plutôt rare. La montagne Avila ne suffit plus à atténuer la canicule qui s’entasse au fond de la vallée et les habitants de Caracas, hébétés, n’en peuvent plus d’attendre que la fraîcheur hivernale chasse les haleines fétides de l’été.« 

Prêté par une amie, ce roman sort – vous l’aurez sans doute remarqué – de mes lectures habituelles mais je ne regrette pas une minute d’être sortie de ma zone de confort tant cet excellent polar m’a tenue en haleine et passionnée. Lire la suite

Belgravia – Julian Fellowes

Étiquettes

, , , , , , ,

Fellowes« Dans le passé, on est comme en pays étranger, dit-on. Les choses s’y font différemment. Sans doute est-ce vrai en ce qui concerne la morale, les mœurs, le rôle des femmes, le type de gouvernement, et bien d’autres aspects de notre vie quotidienne. Mais il existe aussi des similitudes. L’ambition, l’envie, la rage, la cupidité, la gentillesse, l’altruisme, et plus encore l’amour, ont toujours eu une influence déterminante sur nos choix, hier comme aujourd’hui. Voici l’histoire de personnages qui vécurent il y a deux siècles ; pourtant les désirs, rejets et passions qui les animèrent ressemblent pour beaucoup aux nôtres, tels que nous sommes, dans l’époque où nous vivons. »

Les vacances sont là, chères petites souris de bibliothèque, et avec ces jours de détente revient la sempiternelle question « que vais-je pouvoir lire ? ». Si ce n’est déjà fait, prenez Belgravia, de Julian Fellowes. Parole d’Anne Souris, vous ne le regretterez pas ! Lire la suite